Rechercher
  • Pensées

Sortir l'artillerie lourde



J'adore peindre avec les pinceaux et l'acrylique sur la toile mais il y a une satisfaction certaine à sortir l'artillerie lourde et "s'attaquer" à une toile. Le saviez-vous, le coffre à outil poussiéreux de mon chum est un petit trésor d'objets qui peuvent servir à peindre.




Je ne parle pas ici de la scie qui pourrait servir à détruire en petit morceaux une toile que l'on n'aime pas. Quoique...des idées me viennent à l'esprit. Non, je parle de tournevis, peu importe la configuration de la tête. Je parle de papier à sabler en grade 120 ou 220, au choix. Du grattoir en métal ou de la spatule pour appliquer le plâtre.



Tout ces outils, et d'autres encore, me servent à faire des marques dans la peinture, à créer de la texture, à enlever de la peinture à certains endroits pour voir ce qui se cache dessous. C'est une partie du travail que j'aime beaucoup.



Comme je peins avec mon instinct, j'applique plusieurs couches de peinture. Certaines peuvent en avoir 10 ou 15. Ça fait parti de mon processus. Alors quand je sens qu'une toile est dans son adolescence, qu'elle a encore du chemin à faire pour s'accomplir, je vais chercher mes outils et je pars à la découverte de ce qu'elle me raconte depuis ses débuts. Je gratte, je sable, j'essuie pour faire apparaître les couleurs qui m'ont inspiré au départ.



Avec ces mêmes outils je peux aussi faire des marques dans la peinture encore fraîche, faire des lignes droites ou appliquer des couches très épaisse de peinture. Tout cela crée de la texture sur la toile, lui donne une histoire et l'enrichisse.



Pour connaître encore mieux mon univers pictural, je vous invite à vous inscrire à mon infolettre en cliquant ici: https://www.nathaliechabot.art/ Une fenêtre s'ouvrira et vous invitera à vous inscrire.


A bientôt

Nathalie